Blablasphère

Nous transférisons à mort !!!

Jour 2 : les chatons ont dormi dans la pièce d’à côté, interdiction de dormir avec nous, nous ne sommes pas très co-sleeping et pas sur en plus que ça serve totalement notre cause. Mon chéwi se lève en premier et j’entends « Coucou les enfants, c’est papa… » Il est pire que moi !!!

lire la suite

aucun commentaire - aucun rétrolien

Dérapage félin?


Ou comment une conversation anodine peut prendre une drôle de tournure.

lire la suite

aucun commentaire - aucun rétrolien

De la magie du transfert

Ne pas arriver à avoir un enfant offre parfois la possibilité de sauter sur des occasions rares comme celle de faire accepter à votre compagnon plutôt chien d’adopter un chat… voire deux !

Je vous raconte.

lire la suite

aucun commentaire - aucun rétrolien

Les seuls à ?

Ce soir, comme quasi 9 vendredi  soir sur 10, mon poilu et moi retrouvons notre groupe d’amis, des amis de très longue date puisque certains d’entre nous se connaissent depuis la maternelle ! C’est pour dire !

Rien de très original me direz-vous sauf que ce soir… Enfer et damnation, je viens de réaliser que nous serons les seuls… sans enfants !

lire la suite

aucun commentaire - aucun rétrolien

On a (quasi) tout essayé !

  • Position du lotus (fait)
  • Le poirier (fait)
  • Enlever le fibrome (fait)
  • Bruler un cierge (non faut pas déconner)
  • Voyager dans les iles (fait)
  • Prendre une cuite le soir de l’ovulation (fait)
  • Acupression (fait)
  • Ostéopathie (fait)
  • Plantes (fait)
  • Changer de donneur (non mais ça va pas !)
  • Conseils des grands-mères (fait)
  • Se répéter patience (fait)
  • Se frotter aux femmes enceintes (fait)
  • Du gingembre cru (fait)
  • Jouer au loto (fait)
  • Prendre en otage son gyneco (j’y songe)

Des suggestions? Des idées... 

aucun commentaire - aucun rétrolien

Boumboumboum...

Dans la vie d’un jeune couple, il y a quelques moments cruciaux :

  • Celui de la rencontre : boumboumboum…
  • Celui du premier baiser : boumboumboum…
  • Celui de la première nuit : boumboumboum…
  • Celui du « et si on habitait ensemble ? » : boumboumboum…
  • Celui du « dimanche je te présente mes parents » : boumboumboum…

Et puis un jour, il y a :

  • Celui de « et si on faisait un nain ? » : boumboumboum…
  • Celui de « oh pinaise, si ça se trouve on a fait un nain ? » : boumboumboum…
  • Celui du premier test : boumboumboum…
  • Celui du deuxième test : boumboumboum…
  • Celui du troisième test : boumboumboum…
  • Celui du quatrième test : boumboumboum…
  • Celui du douzième test : boumboumboum…
  • Celui du « et maintenant ? on fait quoi ? » : boumboumboum…

Il me l’a promis, un jour, mon cœur ne fera pas que cogner à la porte, mon coeur la fera exploser de bonheur cette putain de porte.

Il, je l’aime parce qu’à chacun de ces moments, je sais que chez lui aussi ça faisait : boumboumboum…

aucun commentaire - aucun rétrolien

Mais tu vas pas le noyer!

lire la suite

aucun commentaire - aucun rétrolien

En pleine fesse... euh pardon face!

aucun commentaire - aucun rétrolien

Les filles sont folles...

Et y'à vraiment rien à ajouter!

 

aucun commentaire - aucun rétrolien

Chouchou... les freins donnent du mou...

 

Ce we, je suis partie en we mou avec mes amis…

4 jours à faire la moule sur la plage et à parler des futures moules que nous allions manger…

Prise d’un élan de remordS, je décide d’accompagner le Romantique qui allait courir.

Pour me donner du baume au cœur, j’lui dis :

« Chouchou (bein voui, maintenant que vous savez que je l’appelle comme ça…), j’t’accompagnerai bien mais pour rendre l’effort plus ludique, faisons le sur la plage et surtout allons voir les tous-nus ! »

Car nous sommes à Marseillan, pas loin du Cap d’Agde, connu pour son village natureva, le royaume des  « tongs - tee-shirt MAIS quéquette à l’air ».

Le Romantique, surpris, puisque j’ai toujours hurlé que ARGH BEURK CACA c’est de courir, mais ravi (je vous rappelle que je viens de lui proposer une balade cautionnée chez les tous nus) m’avertit tout de même que la plage, eut égard au sable mouvant, n’est point idéal pour la débutante que je suis.

«  Même pas peur, que j’lui réponds, si y’en a marre, y’en a rentrer à pieds et ça fera presque balade romantique au coucher de soleil… » Seule sur le sable, les yeux dans l’eau vu que le Romantique est censé continuer.

Les premières 20 minutes seront é-mouvantes…

D’abord parce je suis surprise de trouver un rythme qui ne me fait pas cracher comme si j’allais faire sortir mes poumons par ma trachée orale… les souvenirs de ma prime enfance où je me cachais derrière le gros peuplier en espérant que l’instituteur ne me choperai pas en pleine agonie sont très ancrés au fond de moi-même (et de ma détestation de la course à pieds).

Ensuite, parce que nous avons atteins nos premiers tous-nus bien plus vite que ce que je ne pensais. (Ce billet n’est pas sponsorisé par le village naturiste du cap d’Agde… Ce billet cherche clairement à faire de l’audimat) Le Romantique est très déçu de retrouver beaucoup plus de ses congénères poilus que de mes consœurs les poitrinaires.

Enfin, parce que BORDEL, il a raison, le sable c’est mouvant, ça tord les pieds, ça brule la plante, et la mer ne sait pas rester à sa place… en plus, malgré mon apparente aisance… je ne profite pas tant que ça du paysage (marin bien entendu bande de petits cochons).

Nous décidons donc de trouver la route qui longe la mer pour retourner sur Marseillan Plage…

Bein de route qui longe la plage… y’en a pas… Nous essayons donc de sortir du village des tous-nus, croisons le classique papi qui pédale en marcel couilles à l’air, enchainons les ronds-points et suivons éperdument les panneaux sortie… "Mais c’est ENORME ce village !!!!" Et plus nous suivons les panneaux sortie, plus nous nous éloignons du bord de mer…

Nous sommes désormais sur une petite route goudronnée, au milieu des marécages… Le Romantique dit qu’il est très fier de moi… Je lui réponds que tant que je ne verrai pas le coin de notre rue, je ne veux pas savoir depuis combien de temps nous courrons…

Après la petite route goudronnée presque bucolique, nous rejoignons une quasi-autoroute…

Bon OK, le sud me déteint peut-être un peu dessus, et le temps de course nuit sans doute à la perception… Néanmoins, il s’agit bien d’une voie double avec des voitures qui roulent très vite… et pleins d’animaux écrasés qui puent défilent sous nos pieds… GLOUPS… seront nous les prochains ? Dans ma tête je me dis… cours ma grande… cours…

Et là c’est le drame !

Devant nous : un panneau…

Traversée de camions interdite…

Sète !

Euh…

« Sète ? » que je demande au Romantique…

« On a raté Marseillan ? » Pardon, je la refais… « On a râté MARSEILLAN ! » ma voix, prise de panique, s’envolant dans les aiguës…

Je vous rappelle que je ne sais pas depuis combien de temps je cours… qu’on est dans le sud et qu’en plus il fait super chaud…

« Maiiiiiis non, qu’il me dit… Y’a au moins 25 km entre le Cap d’Agde et Sète. »

« Quoi ?! On court depuis si longtemps et on n’a même pas fait 25km !!! »

Je suis finalement arrivée triomphante auprès de mes amies les moules – clap clap clap – c’est le bruit de la moule qui applaudit…

1h20 de course… 3 ampoules monstrueuses… Et depuis… il m’est totalement impossible de descendre les escaliers !!!

Parait que pour tout ça, on a pas fait plus de 10km... 

aucun commentaire - aucun rétrolien

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 | Page suivante

Créer un blog sur MaBulle. | C.G.U. - Copyright